Le jour où j’ai perdu le fil

3.jpgSouffler, faire une pause dans cette vie de fous.

2 jours et 2 nuits par mois je m’échappe géographiquement loin de ma vie, je souffle, je reprends mon souffle, je revis.

Plus de cris d’enfants, plus de rendez-vous chez le médecin, plus de colis à poster, plus de lessives à faire, plus de mails à lire.

Je ne veux plus courir après le temps mais me reposer en prenant le temps.
2 jours et 2 nuits par mois, je prends un bol d’air, un bol de mon air à moi. Un bol égoïste et salutaire. Je dépose ma casquette de super maman, super femme, super travailleuse, super tout et je deviens moi, juste moi.
Je prends le temps de réfléchir, de lire, de dormir. J’inspire fort pour mieux revenir.
Et je reviens, je reviendrai toujours. Je saute de nouveau dans ma vie hyperactive et toute ses sollicitations.
Parce que c’est ça aussi, la vie, que mes enfants grandissent vite avec ou sans moi mais c’est mieux avec moi, que je les aime, que j’aime aussi mon conjoint, que j’aime mes deux occupations professionnelles, que j’aime mon activité sportive, ma maison et mes amis.

Je les aime mais mon dieu que ça fait du bien de les quitter parfois.

 

Publicités

2 réflexions sur “Le jour où j’ai perdu le fil

  1. Comme je t’envie. Je n’ai jamais réussi à mettre en place ces moments pour moi. Je cours tôt le matin et c.’est ma bouffée d’ oxygène. Mais partir seule, parfois j’en rêve…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s