La magie de l’instant (4)

close-up-1834381_960_720.jpg

Ma copine me dit :

« Je l’ai revu plusieurs fois et à chaque fois il est lui, il ne triche pas. Ses yeux me disent « j’ai envie de toi » et sa bouche me hurle « embrasse-moi ». Il dit des mots qui parlent de lui, de sa vie, de ses envies, de ses faiblesses et de ses forces, il se met à nu devant moi et il me laisse lire à l’intérieur de lui, je vois ce qui est beau et tout ce qui est lui.

Il dit ce qu’il voudrait pour nous mais c’est moi qui décide. Il respecte mon rythme. Il veut de la tendresse et de la douceur et moi je veux lui tout entier. Je le veux dans la pénombre de sa voiture au milieu de la nuit. Je veux ses lèvres douces et sa langue délicate sur la mienne, comme avant-hier soir. Je veux son souffle dans mon cou et ses doigts sur mes joues. Je veux chaque centimètre de sa peau sous la mienne, très lentement, comme si chaque seconde durait des années. Je veux son regard qui boit le mien et qui me dit « vas-y, plonge, je serai là pour t’apprendre à nager ».

Et je veux partir là, juste avant de sauter, lorsque sa peau sera parcourue de frissons et lorsqu’il ne saura plus qui il est, pour qu’il me désire encore, pour qu’on se revoie encore et encore et qu’il m’apprenne à nager, avec patience et douceur. »

Elle marque un silence. Je lui demande ce qu’il en pense, s’il lui a dit comment il vivait les choses.

« Oui, il me dit ce qu’il ressent, il m’écrit des textes superbes et il me parle droit dans les yeux. Il m’a dit qu’il avait eu l’impression que le temps s’était arrêté, figé, toute la durée de notre baiser, comme si tout s’était écroulé autour de nous, il n’y avait rien d’autre que nos bouches et nos souffles emmêlés. L’instant qui s’étire, la seconde qui ne finit jamais, à la fois si rapide et si lente. Et dehors, le noir, plus de voiture, plus de paysage, plus de ville, plus rien d’autre que nous.

Il m’a dit ça, avec ces mots-là. »

Elle sourit en levant les yeux au ciel.

« Cette histoire n’a aucun sens et tout est niai, j’ai l’impression d’avoir 15 ans à nouveau, c’est étrange et déroutant. J’ai l’impression d’être dans un mauvais roman de gare dont l’issue fera souffrir bien plus que deux personnes. »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s