Le jour où les roses ont fané

roseri

Juillet 2017. Canicule. L’air était étouffant, mon bébé dans mon ventre économisait ses mouvements, comme s’il savait qu’il allait bientôt devoir passer l’épreuve de la naissance. J’avais chaud, chaque déplacement était un défi, et je passais le plus clair de mon temps devant mon ventilateur qui brassait de l’air tout aussi chaud.

Les roses du jardin fanaient les unes après les autres, en prévision de leur nouvelle floraison à la fin de l’été, comme chaque année. J’allais pouvoir m’adonner à mon occupation favorite : couper les têtes des fleurs sans pétales.

« Je peux t’aider, maman ? »

Je m’étais munie d’un grand chapeau de paille, de mon sécateur et d’un grand bol en plastique. Les quinze rosiers du parterre m’attendaient, dressant vers moi leurs longues tiges épineuses. Mes tongs protégeaient mes plantes de pieds de l’herbe séchée et piquante du jardin. Mon fils de 4 ans, heureux de me voir dehors, sautait autour de moi dans son petit maillot de bain bleu, coiffé de la casquette trop grande de son père. « Je peux t’aider, maman ? Je peux t’aider ?
– Oui, bien sûr, mon chéri. Tu peux m’indiquer quelles roses sont fanées. »
Il s’était mis en face de moi, de l’autre côté des rosiers. Il regardait attentivement les têtes des fleurs en tentant de distinguer celles qui n’avaient plus de pétales. Je les repérais bien avant lui, mais je faisais semblant de ne rien voir, et coupais quelques feuilles jaunies en attendant qu’il m’annonce, triomphant : « Là, il y en a une, maman ! Regarde ! » et il passait aussitôt au rosier suivant, sans imaginer que le même arbuste pouvait porter plusieurs fleurs fanées. Je coupais alors la tête indiquée ainsi que les autres, cachées dessous.

Certains mouvements étaient difficiles, mais je savais que ce ventre, qui pesait si lourd, arrivait à échéance et je voulais en profiter encore un peu. Je me baissais avec précaution, accroupie, en tentant de faire des gestes le plus rapidement possible. Les actions étaient précises et ordonnées : mon fils criait : « Maman, ici ! », mon sécateur coupait, la fleur tombait dans mon bol. Au suivant.

J’épongeais la sueur de mon front avec mon poignet. Il faisait beau, chaud, j’étais dans mon grand jardin, je m’occupais des fleurs, et je partageais ce joli moment avec mon fils. La vie était belle.

Quand soudain…

« Aaaaaaaaaaaaaaahhhhhhh !!! » Mon fils hurlait. Je me retournais : il était assis au milieu des rosiers, les jambes en sang. « Les fleurs m’ont attaqué ! »

D’une main, je l’aidais à se relever, tandis que je soutenais mon ventre de l’autre main. Il sanglotait, la mine atterrée : « Je voulais caresser Minette, et elle est partie dans les rosiers et je l’ai suivie et je suis tombée et les rosiers m’ont attaqué ! Méchants rosiers ! » Mon pauvre petit garçon apprenait la loi de la nature. Je lui expliquais que les rosiers avaient des épines pour se défendre, pour ne pas être mangés ou attaqués par les animaux ou les humains. J’ajoutais que lui, lorsque quelqu’un l’embêtait, pouvait partir ; tandis que les rosiers n’avaient que ce moyen-là pour se défendre.

Je laissais mon bol de fleurs coupées devant le parterre et amenais mon fils dans la salle de bain pour lui rincer les jambes et les mains, et couvrir ses plaies de pansements. Un câlin était nécessaire pour sécher les larmes de mon petit garçon. Je le rassurais : « Tu sais, mon chaton, même quand ta petite sœur sera là, je m’occuperais de toi comme ça, je serais toujours là pour toi. »

 

Macaron-10-du-mois-participation

Le rendez-vous #10dumois est un article mensuel sur un thème imposé. Blogueurs, blogueuses, vous aussi, relevez le défi : https://egalimere.fr/2018/01/les-themes-10dumois-2018.html

Publicités

4 réflexions sur “Le jour où les roses ont fané

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s